You are currently viewing Freelance : Quelle est sa Définition ? Mot, Synonyme ?

Freelance : Quelle est sa Définition ? Mot, Synonyme ?

C’est quoi un freelance ? L’essentiel

Freelance, la définition ? C’est quoi exactement ? Quelle est la signification de ce mot, parfait anglicisme, qui fait penser de suite à la notion de liberté ?

C’est un terme qui s’est bien développé ces dernières années dans le monde professionnel. Utilisé pour désigner les travailleurs indépendants, l’appellation freelance reste tout de même assez floue au niveau juridique.

Devenir freelance peut séduire celles et ceux qui souhaitent s’affranchir de leur hiérarchie de travail et gérer leur propre activité. C’est une solution que je propose également aux conjoints expatriés qui souhaitent exercer une activité tout en suivant leur partenaire à l’étranger.

La liberté que je mentionnais en début d’article fait souvent rêver. Mais il ne faut pas tout de même pas oublier qu’en exerçant en tant que freelance, on devient avant tout entrepreneur, avec les responsabilités que cela comporte.

Quoiqu’il en soit, il convient de bien réfléchir avant de se lancer en tant que freelance et de poser le pour et le contre en fonction de ses envies et de sa situation.

Freelance : Définition simple du mot

Le mot freelance désigne un travailleur indépendant. Oui mais encore ?

Définition et synonyme d’un freelance

Avant de parler de freelance, il convient de connaître ses synonymes : autonome, indépendant…

Pour faire simple, on désigne un freelance comme une personne qui exerce une activité professionnelle à son compte. Le freelance est d’ailleurs principalement défini comme un travailleur indépendant.

Le freelance est dit autonome parce qu’il n’est rattaché à aucun employeur. Il dépend directement des commandes qu’il reçoit.

En résumé, le freelance est donc une personne qui travaille à son compte. Il peut très bien proposer ses services à plusieurs clients à la fois.

Qu’est-ce que le travail en freelance ?

Le travail en freelance est un travail plutôt en solo. Le travailleur indépendant ne dispose d’aucun contrat avec un employeur. C’est ce qui le distingue d’un salarié en cdd ou en cdi.

Un freelance réalise son activité professionnelle sous la forme de missions qu’il facture à ses clients. Sa source de revenus dépend donc directement de son volume d’activité. Ce qui veut dire : pas de mission, pas de revenu.

On trouve des freelance dans de nombreux domaines d’activité. Un freelance peut même faire exactement le même métier qu’un salarié, ou bien exercer une activité complètement différente.

Pour travailler à son compte, mieux vaut tout de même avoir une certaine expérience dans son domaine. Il est donc fortement recommandé de choisir une activité indépendante qui lui correspond.

Comment ça marche le freelance ?

En France, ils sont plus d’un million à avoir choisi ce mode de travail en indépendant. Cela s’explique notamment par la création du statut d’auto-entrepreneur (aujourd’hui micro-entrepreneur). Oui vous l’aurez compris, pour travailler en freelance, vous aurez donc besoin d’accomplir certaines démarches, dont un enregistrement préalable en tant qu’entreprise.

Il faut savoir que vous aurez le choix en termes de statut juridique. Tout va dépendre de votre projet et des objectifs que vous envisagez pour votre activité.

Freelance définition mot

Qui peut devenir freelance ?

A priori, je dirais que toute personne qui le souhaite peut devenir freelance.

Tout le monde peut devenir freelance

Si je l’ai fait, tout le monde est capable de se lancer en tant que freelance ! Tout est une question de volonté. Avant de vous lancer, vous devez chercher en vous les raisons qui vous poussent à opter pour une activité freelance.

Car si vous savez évaluer votre motivation, vous serez en mesure de faire face aux moments de doutes et aux difficultés. Il est important de savoir en effet que se lancer en freelance exige une vraie prise en charge de soi-même et un stress particulier qu’il vous faudra gérer.

Mais le jeu en vaut la chandelle, à mon humble avis.

Freelance à l’étranger, une particularité ?

Vous pouvez très bien être enregistré·e en tant que freelance en France et vivre à l’étranger. Bien entendu, il vous faudra respecter certaines conditions.

Tout d’abord, en tant que freelance, vous avez domicilié votre micro-entreprise ou votre société en France. Puis vous êtes parti·e vivre à l’étranger. Mais même si vous résidez hors de l’Hexagone, vous devrez payer vos impôts auprès de l’État français

. En effet, l’éloignement géographique ne vous dispense pas de vos obligations fiscales.

Toutefois, il est important de bien se renseigner sur les règles fiscales de votre pays de résidence pour ne pas être confronté·e à une double-imposition. Mieux vaut donc vérifier que votre pays de résidence dispose bien d’une convention fiscale avec la France. Au cas contraire, vous risquez de payer vos impôts dans les deux pays.

Pour plus d’informations sur le sujet, je vous invite à lire mon article « Devenir freelance à l’étranger« .

Freelance à l'étranger

Le cas des conjoints expatriés

La plupart des conjoints expatriés mettent leur carrière en pause lors d’un départ en expatriation. Or, à l’heure du développement du digital, il est tout à fait possible d’être freelance et de continuer à travailler à l’autre bout du monde tout en ayant ses clients en France.

Voilà pourquoi je pense que travailler en freelance est une option intéressante pour les conjoints expatriés.

Par ailleurs, être freelance, en micro-entreprise ou autre, est compatible avec de nombreux secteurs d’activité. Vous pourrez exercer toutes sortes de métiers, notamment ceux liés aux nouvelles technologies.

Que ce soient des métiers de l’informatique, des métiers créatifs

ou encore d’autres activités comme le marketing, le coaching, les ressources humaines, la formation…, vous aurez l’embarras du choix pour travailler en tant que freelance.

Emmener sa vie professionnelle quand on suit son conjoint à l’étranger ? N’est-ce pas une belle opportunité pour s’épanouir pleinement à ses côtés ?

Imaginez un peu : plus besoin de démissionner pour le suivre ou d’abandonner votre emploi. Vous aussi vous avez le droit d’avoir votre activité en expatriation sans avoir à vous soucier de retrouver un emploi à chaque déménagement.

N’hésitez pas à suivre le programme complet et unique destiné aux conjoints expatriés qui souhaitent devenir freelance à l’étranger.

Quel statut pour travailler en freelance ?

Pour exercer comme freelance, vous devez obligatoirement choisir un statut juridique. Vous avez le choix entre plusieurs statuts : l’EI, l’EURL, la SAS, SASU, SA, etc.. Chacun a ses spécificités, ses avantages et ses inconvénients. Il n’existe pas de statut préférable dans l’absolu.

L’entreprise individuelle avec le régime fiscal de la micro-entreprise

Mais pour commencer votre activité freelance, je vous conseille d’opter pour la micro-entreprise. Ici je fais le raccourci en disant micro-entreprise (ou auto-entreprise). C’est pour désigner en fait ceux qui sont dans le régime fiscal de la micro-entreprise.

Pour utiliser les termes correctement, la micro-entreprise est donc une entreprise individuelle (EI) avec :

– le régime fiscal de la micro-entreprise

– le régime social micro simplifié

– la franchise en base de TVA (pour l’imposition de la TVA).

La micro-entreprise est plutôt simple à gérer. Vous pouvez la créer en quelques minutes seulement et gratuitement. Ce qui fait que vous pouvez vous lancer comme freelance très rapidement. De plus, les formalités administratives et comptables sont réduites au minimum.

Le portage salarial

Malgré la simplicité de la micro-entreprise, certaines personnes préféreront se tourner vers le portage salarial. Ici il s’agit d’un mode de fonctionnement à mi-chemin entre le salariat et l’entrepreneuriat.

Certes, le statut de portage salarial peut être intéressant pour démarrer une activité. Cependant, le terme freelance est à mettre entre parenthèse dans ce cas-là. En choisissant le portage salarial, vous n’êtes plus vraiment votre propre patron.

Vous aurez également des frais de gestion à verser à la société de portage (assimilables à une commission, car basés sur le chiffre d’affaires réalisé). Ceux-ci peuvent représenter entre 5% et 10% de votre chiffre d’affaires.

Le choix de votre statut juridique pour vous lancer en tant que freelance s’effectue en fonction de plusieurs paramètres : responsabilité, gestion administrative, fiscalité et régime social notamment. A vous de choisir ce qui vous correspond le mieux.

Statut pour travailler en freelance

Plus qu’un simple mot, le terme freelance est devenu une vraie tendance dans le monde professionnel.

Si vous envisagez de vous lancer en tant que freelance à l’étranger, vous pouvez rejoindre mon programme le Passeport freelance qui vous accompagnera pas à pas dans la création de votre micro-entreprise et votre quotidien.

Vous pouvez aussi bénéficier d’un appel gratuit pour qu’on parle ensemble de votre projet de vive voix.

Laisser un commentaire