You are currently viewing Le Marathon des Langues : une Méthode Unique et Efficace

Le Marathon des Langues : une Méthode Unique et Efficace

Apprendre une langue rapidement avec le Marathon des langues

Aujourd’hui on va s’adresser tout particulièrement aux futurs expats ou même aux expats qui sont déjà arrivés à destination. On va en effet aborder l’apprentissage d’une langue étrangère et votre passage à l’action ! Car qui dit séjour à l’étranger ou projet d’expatriation dit bien souvent un quotidien dans dans une nouvelle langue.

Et comme vous le savez, la langue est un des défis de l’expatriation qu’il vous faudra relever si vous souhaitez profiter pleinement de cette expérience internationale.

Alors pour vous aider à relever ce défi, je reçois Lauriane, coach en langue et fondatrice du Marathon des langues depuis 2017.

Présentation de Lauriane, fondatrice du Marathon des langues

J’adore parler de sujets qui me passionnent, comme les langues. Pour vous mettre dans le contexte, j’étais nulle en anglais à l’école. J’avais 6 sur 20. Je bossais comme une malade, j’apprenais tout par cœur. J’étais hyper motivée mais ça ne marchait pas. Ça ne rentrait pas dans le cadre. En espagnol, j’ai eu 9 sur 20 au bac. J’avais pris une LV3, l’allemand. J’avais pris le maximum de langues possible. Mais finalement, je galérais.

Partir à l’étranger pour apprendre une langue ?

De ce fait, comme tout le monde dit que la seule manière d’apprendre une langue c’est de partir à l’étranger, alors je me dis je vais partir à l’étranger. Ainsi la langue va se télécharger dans mon cerveau. Et puis dans six mois je serai bilingue.

Sauf que malheureusement, ce n’est pas aussi simple. J’ai subi une grosse déception car je ne suis pas devenue bilingue. Effectivement cela m’a aidée mais ce n’était pas dingue. Comme j’étais quelqu’un d’obstiné j’ai continué à chercher à savoir comment apprendre une langue. Est-ce que c’est vraiment un talent ?

Il y a plein d’idées reçues là-dessus comme : la seule manière de parler une langue c’est partir à l’étranger.

Mon conseil : avoir une méthode

Mais en fait si on n’a pas de méthode et qu’on part à l’étranger sans parler la langue, on se retrouve en perte de confiance. Si on ne maîtrise pas un petit peu la langue, on n’est pas à l’aise tout simplement. Et on a tendance à aller vers la facilité. Tu vas donc te retrouver à chercher des Français et tu vas entrer dans un cercle vicieux. Et en conséquence, tu ne vas pas parler suffisamment la langue, tu ne vas pas pratiquer.

Ce que je conseille à chaque fois, c’est que la méthode que tu vas employer pour apprendre la langue que tu sois en France ou à l’étranger, c’est exactement la même.

Je recommande plutôt d’avoir un petit niveau B1 (donc c’est un niveau intermédiaire) avant de partir pour justement gagner confiance en soi. Et une fois que tu es sur place, c’est beaucoup plus facile de s’adapter, d’aller vers les gens, de mettre en place toutes les démarches nécessaires.

Retrouvez l’interview de Lauriane en vidéo :

D’où est venue l’idée de monter le Marathon des langues ?

C’est un mélange de plusieurs choses en fait. La première c’est que je suis une coureuse à pied, enfin plutôt du trail. Je cours dans la nature parce que c’est ce que j’aime. Et pourquoi lier ça aux langues ? Pour apprendre une langue, la méthode pour qu’elle soit tangible ou compréhensible, elle va se calquer un peu comme un marathon.

Démarrer en suivant des étapes

En effet, quand on prépare un marathon on voit très bien les étapes. Tu vas avoir besoin :

  • d’une date d’échéance. Quand tu as cette date, tu sais très bien que tu vas aller t’entraîner
  • d’un plan d’entraînement : chaque semaine tu auras tel exercice, telle sortie à faire…
  • d’un coach qui va te motiver
  • d’une équipe avec laquelle tu vas t’entraîner. Tout ça fait que ce sera plus simple. Par exemple les jours de pluie ce sera plus facile d’être en groupe que tout seul.

En fait c’est exactement la même pédagogie qu’on emploie quand on apprend une langue. Nous sommes des coachs qui te mettons des coups de pied aux fesses quand tu n’as pas trop envie. On va rechercher pourquoi ça bloque pourquoi ça te challenge sur telle partie de ton apprentissage.

La création d’une communauté pour progresser

On a vraiment créé une communauté pour qu’on fasse ça à plusieurs. Ainsi on se rend mieux compte que si tu galères à un certain moment, ce n’est pas unique et propre à toi. Souvent on se dit « je suis nul·le, je n’y arrive pas ». Finalement on se rend compte qu’on passe tous par les mêmes phases. Et ça rassure entre guillemets de voir que les autres galèrent autant que nous.

C’est pour cela également qu’on a créé cet environnement en mode projet. Ce n’est pas juste « je veux apprendre l’anglais ou je veux me remettre à l’anglais. Alors j’achète tous les bouquins de grammaire qui existent et puis je fais un peu ça. Puis je prends une application et je l’utilise un peu« .  

En faisant cela, tu t’éparpilles, tu perds le chemin. C’est comme avec un GPS, comme une course. On va te mettre une date d’échéance. On va créer ton projet, ta routine de langues qui va t’aider justement à savoir comment apprendre.

Pour aller plus loin dans votre réflexion, n’hésitez pas à lire mon article « L’importance d’une langue étrangère quand on s’expatrie« .

L’accompagnement et les services que propose le Marathon des langues

Il y a différentes choses.

Un public majoritairement féminin

La première c’est qu’on s’adresse généralement à 90% de femmes voire un peu plus. On accepte bien sûr les hommes ! Mais visiblement notre discours résonne avec les femmes qui sont, par exemple dans un poste avec des responsabilités. Et l’anglais est un plafond de verre. Il manque. Du coup, elles ne peuvent pas évoluer sur leur poste. Il y a une espèce de syndrome de l’imposteur qui est là. Elles ne se sentent pas légitimes sur leur poste parce qu’elles ont besoin de l’anglais pour gérer leurs équipes. C’est un peu le contexte de nos élèves.

L’anglais c’est vraiment lié à une peur, à un blocage. C’est en mode : « j’ai essayé plein de trucs mais je n’y arrive pas. Ça veut peut-être dire que je suis nulle. Ce n’est pas fait pour moi… ». On en arrive au point de se dire que l’anglais est impossible.

Une pédagogie qui repose sur les leviers du développement personnel

Alors la première chose sur laquelle repose notre pédagogie, ce sont les leviers du développement personnel. C’est ce qui fait que notre méthode est différente.

On ne va pas donner des cours d’anglais classique. On va aller chercher pourquoi il y a des blocages, pourquoi il y a un ancrage négatif pour réussir justement à les lever grâce à nos outils.

Ce n’est pas la personne qui est nulle, c’est juste qu’elle n’avait pas la bonne méthode. Nous allons alors l’aider à lever en priorité cette croyance limitante. Ensuite, on va mettre en place un plan d’action, créer la routine de l’anglais avec l’élève, avec nos coachés. On va se focaliser sur des choses qu’ils aiment. Donc cela ne va pas être la même méthode pour tout le monde.

On va chercher les ressources qui les intéressent. Par exemple, si tu n’as pas envie d’effectuer des exercices avec un livre de grammaire, on n’en fera pas. On va trouver un autre moyen. Ce peut être sous la forme de séries, avec de la musique… Et on va t’aider à mettre en place une routine de langue au quotidien.

Mettre en place une routine de langue chaque jour

Ce qui est important quand on apprend une langue c’est la régularité.

Faire une heure ou deux d’anglais par semaine, c’est la première erreur. Il faut savoir que notre mémoire fonctionne avec la répétition. Plus on va répéter et plus on va mémoriser.

Et au-delà de la simple répétition, il y a également l’apprentissage actif qui est hyper important. Tu ne vas pas juste lire, tu vas travailler de manière active et tu vas gagner du temps dans ton apprentissage. Tu vas mémoriser beaucoup plus rapidement.

D’ailleurs notre punchline c’est « parler anglais en 6 mois et pas en 10 ans« . Car si tu t’assois et tu attends que le professeur te donne toutes les informations, tu ne vas retenir que 10 à 20 % de ce que tu apprends. Par contre, si tu te mets en posture active, tu vas mémoriser 70 à 90%. La différence est énorme et c’est là qu’on va gagner beaucoup de temps.

Vous hésitez à apprendre l’anglais avant de partir vivre à l’étranger ? Reportez-vous à mon article sur le sujet : « Peut-on s’expatrier sans parler un mot d’anglais ?« .

Une méthode pour apprendre d’autres langues que l’anglais et l’espagnol

On a effectivement d’autres projets mais on ne peut pas encore donner de date.

Le Marathon d’anglais : la formation premium 

Pour le moment, on est sans cesse en train de faire évoluer notre programme Premium Le Marathon d’Anglais. On souhaite vraiment donner un maximum de suivi, d’accompagnement. On veut mettre en valeur le suivi individualisé de nos élèves. Donc notre focus est plutôt là-dessus. On a des projets pour développer des immersions…

Enfin je n’en dis pas plus, vous le verrez au fur et à mesure.

Pourquoi choisir le Marathon des langues et pas une autre formation lambda ?

Déjà il faut savoir ce que vous recherchez. Si vous voulez une méthode plutôt scolaire, académique, alors vous ne l’aurez pas chez nous car nous ne sommes pas du tout dans ce schéma.

Focus sur l’être humain et le développement personnel

Plutôt que de donner des cours classiques d’anglais, nous nous focalisons sur l’être humain, son fonctionnement naturel, ses blocages, ses ancrages liés à l’anglais et qui sont négatifs.   

Pour l’anecdote, j’ai déjà eu des élèves qui m’ont dit qu’ils parlaient espagnol et qui ne comprenaient pas pourquoi ils bloquaient avec l’anglais. En fait, il s’agit d’un ancrage profond qui parfois est présent depuis longtemps, qui peut venir de l’école… S’il est toujours présent alors l’anglais restera un blocage.

En revanche, si vous cherchez quelque chose qui sort du cadre scolaire, qui respecte l’être humain et que vous avez envie de vous éclater, alors bienvenue chez nous !

Les 3 conseils principaux pour réussir à apprendre rapidement une langue étrangère ?

Je ne vais rien donner de révolutionnaire mais ce sont des choses indispensables et infaillibles. Si vous les mettez en place, alors vous parlerez forcément la langue.

1. La pratique orale de la langue

On le dit on le sait, c’est logique. Mais on ne le fait pas. La raison : ça fait peur, on a des blocages…

2. La régularité

Utiliser la langue tous les jours, plusieurs fois par jour.

3. L’immersion

S’immerger dans la langue, par exemple :

  • en écoutant des podcasts,
  • quand vous faites quelque chose qui ne demande pas forcément beaucoup de concentration intellectuelle,
  • quand vous faites du sport, de la cuisine,
  • pendant vos trajets.

Immergez-vous dans la langue même si vous n’y prêtez pas une grande attention. L’oreille va s’habituer. Grâce aux neurones miroirs on va répéter ce qu’on entend. Et quand on sait que nos actions sont faites par 90 % d’inconscient, alors c’est hyper important d’écouter la langue. Car ce travail va se faire inconsciemment.

Et puis j’ajouterai dans cette immersion qu’il est indispensable de s’entourer de personnes qui ont le même objectif, qui ont déjà fait ce que tu as déjà fait… En effet, si tu vois des personnes autour de toi qui effectuent ce travail, tu vas forcément reproduire la même chose. Et ce sera beaucoup plus facile que si tu es entouré·e de personnes toxiques et qui te démotivent.

Conseils pour apprendre une langue

Est-ce que Duolingo est efficace ?

Avant de parler d’une application en particulier, je vais vous faire part d’une erreur à éviter. Quand on utilise ce genre d’application, on a tendance à ne voir qu’une seule pièce du puzzle dans l’apprentissage. On met donc tous ses efforts dessus et finalement on ne parle pas forcément plus la langue.

Je ne dis pas que c’est mal d’utiliser des applications, au contraire. Moi j’en utilise tout le temps quand j’apprends une nouvelle langue. Mais faites attention de bien suivre mes 3 conseils précédents pour avoir toutes les pièces du puzzle.

Duolingo, une application passive et facile

Pour ma part, je ne recommande absolument pas Duolingo. Je sais que cette application est très connue et moi-même je l’ai utilisée à l’époque où je galérais avec les langues. Mais le problème est que son usage est trop passif et trop facile. Vous n’allez pas faire fonctionner votre cerveau de manière active, vous n’allez pas faire votre gymnastique. Par conséquent l’apprentissage ne sera pas efficace.

Ensuite, vous allez apprendre du vocabulaire dont vous n’aurez pas besoin immédiatement. Certes, vous aurez une liste de mots comme des fruits, des meubles… Mais si par exemple demain vous avez besoin d’aller à Londres, ce n’est pas le vocabulaire que vous aurez besoin en priorité.

Je vous conseille vraiment de vous focaliser sur le 20/80, c’est-à-dire 20% des mots dont vous allez avoir besoin dans 80% des situations.

L’application Tandem pour progresser avec des natifs

C’est ce que vous retrouvez dans l’application Tandem qui permet de trouver des partenaires de langue du monde entier. Cette fois, il s’agit de vocabulaire utile parce que tu parles avec un être humain. Donc ce sont des conversations que tu vas reproduire, dont tu auras besoin. Et là tu effectueras une recherche des mots que tu ne connais pas, tu vas le traduire… et à force tu vas le mémoriser rapidement. C’est donc plus utile.

MosaLingua pour apprendre du vocabulaire utile 

Il existe des outils beaucoup plus efficaces que Duolingo. Je recommande MosaLingua. C’est un outil qui respecte justement ces fameux 20/80, les mots les plus utiles. Il prend en compte la courbe de l’oubli. Ici il va vous montrer de nouveau les mots au bout d’un certain moment pour ne pas les oublier et vous les rappeler.

Où trouver les offres du Marathon des langues ?

Vous trouverez toutes les informations sur le site internet du Marathon des Langues. Vous aurez accès à notre actualité, au catalogue de formations, à de nombreuses vidéos gratuites. 

On est également présent sur les réseaux sociaux :

À vous de passer à l’action et de prendre votre vie expatriée en main !

Note : J’espère que vous avez pris plaisir à lire cet article et que vous avez trouvé des réponses à vos questions. Je précise que cet article et ce blog peuvent contenir des liens d’affiliation qui me permettent de continuer à produire du contenu. Merci pour votre soutien ! 

Laisser un commentaire